CINELOGUE
recherche:
Adresse e-mail non valide
je vous remercie.

Tajouj

Gadalla Gubara

Soudan, 1977

drame, 1h 32m, HD
langue: AR
les sous-titres: EN
régions de streaming: GLOBAL
01 sur 02 films

programme:
Le Cinéma Après La Libération

sur le film

Considéré comme le premier long métrage de la production soudanaise, Tajouj est de genre épique, car il est adapté d'un conte folklorique soudanais sur les valeurs d'héroïsme, de bravoure et d'amour. L'histoire pose des questions sur la loyauté, la trahison et les décisions difficiles auxquelles ses protagonistes sont confrontés dans les contextes de leurs sociétés et leurs dynamiques de pouvoir environnantes.

Tajouj est une histoire d'amour passionnée du XIXe siècle entre sa belle héroïne homonyme Tajouj, interprétée par l'actrice Majda Hamadnalla, et son cousin Al Mahalaq, le brave chevalier et poète chanteur.

Le film tisse ses fils avec tristesse pour créer une tapisserie chargée de mélodrame, élément caractéristique du film fortement exprimé à travers la technique de Gubara.

En termes de catégorie, Tajouj peut incontestablement être considéré comme un film commercial. Il remplit les pierres angulaires du cinéma commercial, avec sa nature sonore et rythmée en tant qu'adaptation de conte folklorique, et le casting du chanteur Salah ibn Al Badia (XNUMX-XNUMX) en tant que beau héros à la voix poignante, et la sensation générationnelle Majda Hamadnalla en tant que son héroïne.

Le film a été tourné dans la région orientale du Soudan, avec ses terrains cahoteux, ses montagnes escarpées et ses étendues de sable brûlant. C'est ce même Est soudanais qui souffre encore d'une aliénation féroce et d'une marginalisation dans le mouvement de l'histoire. Le désert de l’est est – à ce jour – négligé par la vision morose du développement de la capitale et du centre de Khartoum.

Malgré les éléments commerciaux du film de Gubara, c'est aussi une œuvre qui contient un ensemble de coordonnées liées aux questions «de l'identité soudanaise». Le film est basé sur une histoire qui s'apparente et dialogue avec celles de la tradition arabe de la péninsule arabique, comme l'épopée de Majnun Layla. Selon le récit historique, les protagonistes de l'histoire ont des origines immigrées de l'est de la mer Rouge au Yémen, de sorte que le film a une typification écrasante des valeurs et de la morale propres à cette région. Pourtant, tout cela se déroule dans un environnement africain propre à sa géographie, mais aussi à la mode et les bijoux qui ornent les corps des hommes et des femmes, ainsi que les rituels de magie qui affectent le chemin du film et réorientent son sens de l'intrigue.

D’autre part, en regardant Tajouj, on perçoit une œuvre d'art qui transgresse les frontières politiquement construites. Avons-nous mentionné les frontières coloniales? Nous nous retrouvons dans l'Est du Soudan, scène centrale du film, où les tribus soudanaises Shukriya se mêlent aux parents Bani Amer qui ont une relation génétique avec l'Éthiopie, le tout combiné aux origines yéménites des protagonistes.

C'est une géographie qui regorge d'interactions ethniques et d'absence de frontières tracées par la politique et les barbelés. Il n'y a pas de frontières qui délimitent, catégorisent ou restreignent le flux des mouvements humains.

C'est le monde avant la cartographie coloniale.

Un monde d'amalgames humains profondément enracinés.

Quand on regarde Tajouj, on voit une formule d'intégration culturelle et humaine, et différentes formes d'ouverture et de fusion. Nous voyons aussi la(les) tradition(s) locale(s) d'une manière qui apprécie les migrations et le brassage des cultures différentes, et la capacité de ces cultures à construire une base sociale commune, renforçant davantage ce que l'on peut appeler la culture humaine universelle.

Il est peut-être alors utile de pouvoir voir un film comme Tajouj au grand jour et à travers le monde. C'est une œuvre qui réintroduit les téléspectateurs soudanais dans une partie d'eux-mêmes, et elle peut aussi donner à son public mondial un morceau de l'image inconnue du Soudan, une image qui est marginalisée dans les contextes «de l'histoire mondiale officielle».

Pour en revenir à Gadalla Gubara, il est important de souligner l'ambition de cet artiste visionnaire né en XNUMX de développer le cinéma soudanais. Il s'y est consacré, abandonnant son poste prestigieux au gouvernement pour créer Studio Gad, le premier studio de cinéma au Soudan où il a produit Tajouj ainsi qu'un groupe d'autres œuvres comme Baraka Alsheikh et Al Bo'asaa (Les Misérables). Ceci est venu après un parcours éducatif au cours duquel il a étudié le cinéma à Chypre, au Caire et aux États-Unis.

Il a ensuite largement contribué à la présence des films soudanais dans les festivals internationaux, et à la formation du festival du film FESPACO, qui l'a enfin célébré cette année en tant qu'invité d'honneur en memoriam dans sa tournée XNUMX.

Avec toutes les transformations politiques, culturelles et économiques qui ont balayé le Soudan, Gubara reste un inconnu dans son pays. Tous ces changements ont eu un impact négatif sur l'accumulation nécessaire à la construction du cinéma soudanais et à sa revitalisation. Pourtant, aujourd'hui, on lit le conte du cinéma soudanais comme un conte passionné romantique ou folklorique, comme celui de Tajouj: un conte plein d'héroïsme et d'espoir.

 

prix et festivals

Le film a remporté la statue de Néfertiti au Festival international du film du Caire en XNUMX.

Il a également remporté des prix dans des festivals de cinéma à Alexandrie, Ouagadougou, Téhéran, Addis-Abeba, Berlin, Moscou, Cannes et Carthage.

 

À propos de l'auteur

Talal Afifi est un conservateur et producteur de cinéma soudanais renommé, ainsi que réalisateur et fondateur de Sudan Film Factory (SFF) et président du Festival du film indépendant du Soudan (SIFF).

En tant que professionnel influent de la culture cinématographique et de l'industrie cinématographique en Afrique et dans le monde arabe, Afifi a contribué à la production de plus de XNUMX films de genres différents qui ont trouvé leur place sur la scène régionale et internationale.

 

Le texte a été traduit de l'arabe par Nada Nabil.

English French German
[identifiant de forme de gravité="1" ajax="true"]